Conseil communal du 8 mars 2018

Le CDH Aywaille est heureux qu’un dossier d’une telle importance progresse. Nous nous réjouissons qu’un processus de concertation ait eu lieu sur le projet proposé par la majorité Ensemble-MR bien que nous considérons que cet exercice de concertation arrive beaucoup trop tard dans le montage du dossier ce qui n’a pas permis à ce stade de rassembler largement, ni d’évacuer certaines oppositions persistantes. Nous soulignons aussi que nous ne l’aurions pas mené de cette manière. On a assisté davantage à une information qu’à une concertation. Dommage !
Par ailleurs, nous approuvons la volonté du collège d’objectiver le principe du giratoire et d’évaluer sa plus-value ou non accédant à une demande CDH de longue date même si cette étude arrive, elle aussi, fort tard dans le processus.
Enfin, nous considérons qu’à l’heure où on se parle, qu’à ce stade du processus, seules les portions rue Rivage et rue de l’Enseignement sont exécutables avant la fin 2019, échéance d’utilisation de subsides régionaux, et ont fait l’objet d’une étude aboutie et d’un consensus large d’un point de vue esthétique et sécuritaire. Dès lors, nous demandons au collège d’exécuter les travaux d’aménagement prévus à ces endroits en mobilisant les différents budgets requis.
Pour toutes ces raisons, nous déposons un amendement au projet de délibération du conseil de nature à prendre en compte les considérations évoquées ci-dessus : Amendement

Vincent MOYSE interroge le collège sur les suites qu’il compte donner à l’interpellation du comité d’Awan-Église portant sur les aménagements de nature à solutionner les problèmes de circulation rencontrés à l’endroit. Le collège n’a pas encore pris connaissance et instruit cette demande reçue le 3 mars dernier.
Vincent MOYSE demande au collège où en est leur réflexion quant à la possibilité d’avoir recours à des prestataires privés pour effectuer des travaux forestiers dans les forêts communales. Le collège répond que l’évaluation est toujours en cours. Pour le moment, la commune a résorbé les retards pris en raison du manque d’ouvriers grâce à un renfort de personnel via la mobilité interne au sein d l’administration. Affaire à suivre de près.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *